bandeau imageDRDJSCS Auvergne-Rhône-Alpes

DRDJSCS Auvergne-Rhône-Alpes

Retour à la page d'accueil
>Sports >Regards d’experts >Pierre VAZEILLE CTS FFEPMM : Le sport pour tous

Pierre VAZEILLE CTS FFEPMM : Le sport pour tous

Article Regards d’experts 19/04/2013

Peux tu nous présenter la Fédération auprès de laquelle tu es placé ?

Les fédérations unisports s’organisent autour d’une ou plusieurs activités d’un sport tel que l’athlétisme, la lutte ou le football. Au côté de ces fédérations existent des fédérations multisport et/ou affinitaires qui elles s’organisent autour d’intentions plus générales. C’est le cas de la FFEPMM Sports pour tous. Cette fédération de 200000 licenciés regroupe plusieurs activités (gym d’entretien, randonnées, multisport, gym douces…) qui sont donc des « outils » au service d’intention plus générales, telles que le sport santé bien être, le lien social, l’échange et la solidarité… La dimension éducative et sociale du sport est donc au centre du projet fédéral.

Quels sont tes missions en tant que CTS ?

Tout d’abord, je coordonne formellement l’équipe technique régionale. Avec cette équipe, nous organisons la mise en œuvre du projet régional fédéral sur la région en développant des projets ciblés. Sans sport de haut-niveau, mes missions principales tournent autour de 2 grands pôles : le développement des pratiques et de la structuration associative et la formation initiale et continue des animateurs sports pour tous d’Auvergne. De plus, j’ai pour la fédération des missions nationales. Je coordonne ainsi la zone sud-ouest et ainsi favoriser la mutualisation des pratiques et le respect du cadre fédéral. Enfin, je suis sollicité pour d’autres missions d’expertise, comme l’ingénierie de projets fédéraux (www.sport-education.org), des formations de formateurs, des jurys d’examens, différentes interventions…

Peux-tu nous présenter le Comité Régional en quelques chiffres ?

Le CREPMM Sports pour tous Auvergne est en pleine expansion. Nous sommes à ce jour en forte augmentation en terme de structure et de licenciés (environ 6300 licenciés). Il y a aujourd’hui 2 comités départementaux structurés le CD de l’Allier et le CD du Puy de Dôme. Dans ces 2 comités, nous comptons 66 associations et environs 90 cadres techniques diplômés. C’est un réseau conséquent qu’il faut animer de manière permanente.

Quels sont les rôles respectifs de la fédération et du Comité Régional EPMM Sports pour tous ?

La fédération impulse les politiques et les projets prioritaires. A ce titre, il y a une convention d’objectifs entre la fédération et le CREPMM Sports pour tous auvergne pour redistribuer des moyens financiers à la mise en œuvre du projet régional d’action. Au niveau régional, on organise la réponse terrain en lien avec les comités départementaux, et on accompagne les actions. Les comités départementaux sont au plus proche des clubs. Ce travail commun est riche, il engage les différentes strates (associations, CD, CR, FFEPMM Sports pour Tous) dans la logique de projets et d’objectifs partagés.

Quelles sont tes priorités en tant que CTS ?

Ma position de cadre d’état et ma lettre de mission détermine mes missions et mes priorités d’action. Prioritairement, le respect de la règlementation et l’encadrement des pratiques est un axe central. La professionnalisation au sein des structures associatives demande une veille quotidienne au regard de la CCNS, des diplômes, des prérogatives. C’est aussi un accompagnement des dirigeants dans leur rôle délicat d’employeur.
Ensuite, je coordonne un organisme de formation qui organise une certification de la branche professionnelle du sport le CQP d’animateur de loisir sportif. Cela demande une organisation et un suivi rigoureux, et cela permet à l’ETR de former nos futurs acteurs de terrains. La formation est un axe majeur car il sert tous les acteurs fédéraux, du licencié au dirigeant associatif…
Pour une grande partie de mes actions, j’accompagne le développement des pratiques et des nouveaux projets (sport santé, sport social, loisir sportif…). Seul 16 millions de français sont licenciés dans des associations sportives. L’objectif est de toucher les 50 millions restant et de faire partager nos objectifs sociaux, de bien-être, de loisir, et cela tout au long de la vie… et cela du plus proche au plus éloigné de la pratique.

Quelles satisfactions le comité régional peut espérer à moyen terme ?

Le développement du Comité est en bonne voie. L’objectif est de mieux mailler le territoire régional notamment dans le Cantal et la Haute Loire avec une structuration de Comités Départementaux. La satisfaction au terme de l’olympiade serait 4 comités départementaux structurés, 8000 licenciés, et 2 emplois permanents sur la région.

Pour conclure, peux tu nous dire quel aspect le plus positif, quel aspect le plus négatif de ton métier ?

La richesse de mon métier est sans aucun doute les rencontres. Pour moi, ancien sportif de haut-niveau en lutte qui implique une vision très personnelle de son activité physique, mon métier me permet de rencontrer des personnes ouvertes vers les autres, vers toutes les activités physiques avec la motivation de faire partager les bienfaits des activités physiques à tous. Cet aspect m’a beaucoup apporté d’un point de vue personnel. Pour l’aspect négatif, c’est toute l’énergie qu’il faut souvent déployer pour convaincre les partenaires. Tout le monde s’accorde à dire que les bienfaits du sport sont reconnus, mais en tant que porteur de projet il faut souvent « combattre » les freins pour développer nos actions. Beaucoup de nos associations pratiquent encore dans des salles pas ou peu adaptées à l’activité physique… Il y a encore un effort à faire pour le sport loisir pour prouver sa légitimité sur l’échiquier de l’offre sportive.