bandeau imageDRDJSCS Auvergne-Rhône-Alpes

DRDJSCS Auvergne-Rhône-Alpes

Retour à la page d'accueil
>Sports >Regards d’experts >Olivier BUSNEL CTS Judo : une structuration, des équipements de bon niveau

Olivier BUSNEL CTS Judo : une structuration, des équipements de bon niveau

Article Regards d’experts 29/11/2010

Olivier Busnel, Conseiller Technique et Sportif Judo en Auvergne, accepté de répondre à nos questions. Regard d’un expert sur une discipline sportive

Quelles sont tes missions en tant que CTS Judo Auvergne ?

Je suis coordonateur de l’Equipe Technique Régionale, en charge de la formation (initiale et continue), du développement interne et externe de notre discipline, du domaine sportif et coordonateur du Pôle Espoir et du Centre Régional d’Entrainement Judo.

Peux-tu nous présenter le Comité Régional en quelques chiffres ?

La Ligue d’Auvergne est composée de 4 comités départementaux (Allier, Puy de Dôme, Haute Loire et Cantal) représentant 11000 Licenciés, 138 clubs et 170 enseignants, un Pôle Espoir et un CREJ (Centre Régional d’Entrainement Judo).

Quels sont les rôles respectifs de la Fédération et du Comité d’Auvergne dans la définition de ces missions ?

La Ligue est un OTD (Organisme Territorial Déconcentré) de la Fédération, elle a la charge de mettre en œuvre la politique fédérale sur le territoire régional. La Ligue regroupe l’ensemble des missions de la fédération, à savoir : La formation initiale et continue des enseignants, bénévoles et dirigeants. Le développement de la pratique, la politique sportive et d’animation, l’accès au haut niveau…

Quelles sont tes priorités en tant que CTS ?

Actuellement mes actions prioritaires concernent la formation des enseignants, notamment avec la réforme des diplômes et la mise en place d’un nouveau parcours de formation. Avec l’arrêt programmé des BEES fin 2O11 et la mise en place de nouveaux diplômes, l’environnement de la formation évolue très rapidement. Il faut donc mettre en place de nouveaux schémas de formation, articulés autours de diplômes fédéraux (Assistants Clubs, Animateurs suppléants et CFEB), des diplômes de la branche professionnelle (Certificat de Qualification Professionnelle) et les nouveaux diplômes d’Etat (DE et DES).

Quelles satisfactions le Comité Régional peut espérer à moyen terme (dans les 5 ans à venir) ?

En terme de développement, nous souhaitons atteindre la barre des 12000 licenciés à la fin de l’olympiade.

Quel réseau dois-tu mobiliser pour faire avancer les choses ? Avez-vous des partenaires incontournables qui vous soutiennent ?

Le réseau professionnel a un rôle central dans nos actions et missions. Ce réseau est constitué de différents partenaires : Etatique, territorial, fédéral et privé. Nos partenaires incontournables sont nombreux, mais on peut citer en premier lieu la DRJSCS, le Conseil Régional, Clermont communauté, les conseils généraux et les collectivités territoriales dans leur ensemble.

Quels sont les freins ?

Les freins sont souvent financiers. La restriction des budgets et particulièrement ceux alloués au sports est régulièrement un frein à la mise en place de nos projets. De plus, avec la réforme territoriale qui se profile, de nombreuses d’incertitudes demeurent.

JPEG - 16.6 ko
Stage régional minimes à l’Artérium de Ceyrat
Stage régional minimes à l’Artérium de Ceyrat

Stage régional Minimes à l’ Artérium de Ceyrat

Parle-nous du Pôle Espoir : Comment- sont recrutés les jeunes ? Comment fonctionne le Pôle ? Quel est son intérêt ? Combien d’Auvergnats ? Une journée type ?

Le Pôle Espoir est un élément du PES fédéral et l’élément central de notre politique sportive régionale. En judo chaque région dispose d’une telle structure, ainsi le recrutement est exclusivement régional, mais il arrive régulièrement de recevoir des jeunes de régions limitrophes. Nous disposons de deux structures distinctes qui fonctionnent en synergie : le Pôle Espoir et le CREJ. Le Pôle Espoir ne concerne que des athlètes cadet/tes, avec une capacité d’accueil entre 16 et 20 athlètes, tous listés sur les listes ministérielles ESPOIR. En parallèle nous disposons du CREJ (Centre Régional d’Entrainement Judo) qui nous permet d’accueillir des athlètes en amont et en aval du Pôle…. Ces athlètes ont le même traitement que les athlètes du Pôle, seul leur statut change, n’étant pas listés. Il ne faut pas oublier que le judo est un sport à partenaire et qu’il faut des partenaires d’entrainement en nombre suffisant, afin d’assurer un entrainement de qualité, d’où la nécessité d’allier un CREJ au Pôle Espoir. Cette année l’effectif total de la structure est de 34 athlètes (20 PE et 14 CREJ). Les tests d’entrée ont lieu fin mai, la commission scolaire fin juin et l’admission définitive de l’athlète début juillet.

Les jeunes du Pôle Espoir
Les jeunes du Pôle Espoir

Les jeunes du Pôle espoir

Les jeunes du Pôle Espoir

Quel est ton rôle dans cette aventure ?

Je suis le coordonateur du Pôle et du CREJ. Le Président de Ligue en est le responsable. Mon rôle est d’assurer le bon fonctionnement de la structure (entrainement, scolarité, internat…), de veiller à la mise en œuvre du suivi médical réglementaire, à la réussite scolaire des athlètes et aux relations avec les familles. De plus, je suis responsable de la planification sportive et de l’entrainement.

Quels sont tes buts, tes objectifs à travers cette structure ?

Le Pôle Espoir est une structure d’accès au haut niveau, basée sur la formation des jeunes athlètes. La formation technique est notre priorité.

Organiser des événements sportifs : est-ce inscrit dans tes missions ? Sinon, quelle est ta part d’implication ? Quels sont les événements importants à venir sur la région ?

Tout à fait, l’organisation des compétitions régionales, de zones et nationales fait partie de mes missions. Nous organisons cette saison deux événements majeurs : Les demi-finales des 1ères Divisions individuels seniors en mars et la plus grande compétition de jeunes en France, à savoir la Coupe de France et le Critérium National Cadet/tes, les 4 et 5 juin. Plus de 3000 athlètes cadet/tes participeront à cet événement.

En guise de conclusion : Quel est l’aspect le plus positif de ton métier ? Le plus négatif ?

C’est un métier passionnant avec de multiples facettes. Nous traitons des dossiers et des domaines aussi vastes que : la promotion de notre sport, la formation, le développement (structurel et territorial) et bien évidemment le domaine sportif (de la pratique de loisir à l’accès au haut niveau). Cette diversité de missions nous permet d’être en contact avec de très nombreux acteurs, c’est un métier riche en relation humaine.
Le point négatif est lié à la passion et à l’implication que demande notre profession : la vie de famille !!! Il est parfois difficile de trouver le bon équilibre…

Olivier BUSNEL,
- CTS Ligue d’Auvergne de Judo
- Chargé de Mission National pour le Handicap