bandeau imageDRDJSCS Auvergne-Rhône-Alpes

DRDJSCS Auvergne-Rhône-Alpes

Retour à la page d'accueil
>Sports >Regards d’experts >Claude BENEZIT CTS CANOE-KAYAK : La passion à l’état pure !

Claude BENEZIT CTS CANOE-KAYAK : La passion à l’état pure !

Article Regards d’experts 22/05/2014

Pouvez-vous vous présenter ?

Claude BENEZIT
(JPEG – 5.7 ko)

Claude BENEZIT
59 ans
Né à Cusset dans l’Allier
Professeur de sport
CTR Canoë Kayak

En 1973, après avoir fait mes études au Lycée Technique d’Yzeure, j’obtiens mes diplômes de BEP et CAP de mécanicien monteur. Dans le même temps, je me passionne pour l’activité Canoë Kayak alors que je suis un joueur acharné de football et un pratiquant de judo du niveau de la ceinture noire.
Dès ma première année de compétition en senior, alors que je suis ouvrier à l’usine Ernault Somua à Moulins, je concrétise rapidement mes progrès dans la spécialité « Descente » en décrochant mon premier titre de Champion de France senior sur l’Isère à Bourg Saint Maurice.

Grâce à cette première performance, j’intègre, pour effectuer mon service militaire, le Bataillon de Joinville à Fontainebleau, à la suite de quoi ma carrière sportive va réellement démarrer (ci-après mon palmarès).

En descente de rivière dans la spécialité kayak monoplace :

Champion du Monde Descente individuel en 1981
Vice-champion du Monde individuel en 1985
Troisième aux championnats du Monde individuel en 1979
Champion du Monde Descente par équipe 1981, 87, 89
Champion d’Europe 1982, 1984
Champion de France 7 fois en senior
En équipe de France de 1975 à 1992

En 1978, grâce à mon statut de sportif de haut niveau, j’ai la chance de pouvoir me réorienter professionnellement en bénéficiant à l’INSEP d’un contrat d’insertion professionnel (dit contrat « Soisson »). Je passe les Brevets d’État 1er et 2ème degré Canoë Kayak et je poursuis ma formation en 1980 en réussissant le concours de professeur adjoint d’éducation physique et sportive.

Après avoir enseigné une année au Collège Jules Ferry à Vichy, je deviens, en 1982, conseiller technique de la Fédération Française de Canoë Kayak. Aujourd’hui et après avoir fait une coupure entre 2000 et 2009 comme Conseiller d’Animation à la DR de Clermont Ferrand, je suis toujours cadre technique placé auprès du Comité d’Auvergne.

C’est quoi le Canoë Kayak ?

Le Canoë Kayak c’est avant tout deux embarcations différentes ! Le Canoë et le kayak sont deux types de bateau qui ont des origines distinctes : Le canoë est originaire d’Amérique du Nord, où les Amérindiens s’en servaient comme embarcation de transport, la propulsion et la direction étant assurées par une pagaie simple ; Le kayak, qui nous vient des Inuits (nom que se donnent les peuples plus connus sous le nom d’Esquimaux), servait notamment pour la chasse et la pêche, et se propulse avec une pagaie double.
En règle générale, le Canoë se pratique à genoux (selon diverses positions en fonction du type de bateau) et se propulse au moyen d’une pagaie simple (une pale et un manche prolongé par une olive). Dans un kayak, le pagayeur est assis sur un siège et utilise une pagaie double (un manche prolongé par deux pales de chaque côté) pour se propulser de part et d’autre de l’embarcation.

Le terme français « canoë-kayak » apparait au milieu du XXe siècle. Formé à partir des mots canoë et kayak, il rassemble plusieurs activités de sport ou loisir réalisées non seulement avec un canoë ou un kayak, mais plus généralement avec toute embarcation propulsée par des pagaies.

Pouvez-vous nous présenter la Fédération Française de Canoë Kayak auprès de laquelle vous êtes placé ?

La Fédération Française de Canoë-Kayak (abrégée FFCK) est chargée du développement du canoë, du kayak et des sports dérivés, en loisir et compétitions en France. Ces sports ont pour cadre trois milieux aquatiques : l’eau vive, l’eau calme intérieure, la mer.

Selon ces milieux aquatiques, les pratiques, le matériel et les techniques diffèrent. La Fédération Française les a recensés comme suit (compétitions et/ou loisir) :

En eau vive, sont pratiqués :
• le slalom (descente de partie de rivière (naturelle ou artificielle) avec des contraintes : passage de « portes » (fiches suspendues), parcours obligé, pénalités),
• la descente (consiste à parcourir une portion de rivière en un temps le plus court possible),

JPEG - 19.8 ko

• la rivière sportive de loisir (descendre des rivières de difficulté moyenne),
• la haute rivière ou kayak extrême (descente de rapides très difficiles), et les raids… (nécessitent expérience technique, forme physique, exercices de sécurité en équipe et informations locales à jour sur le parcours),
• le kayak freestyle (réaliser des figures sur une série de vagues),
• le rafting (descendre des rapides sur une embarcation pneumatique en équipe),
• la nage en eau vive (il ne s’agit plus de kayak à proprement parler, mais de nageurs équipés d’un flotteur servant aussi de protection).

En eau calme, sont pratiqués :

• la course en ligne (parcourir une distance précise le plus rapidement possible),

• le kayak-polo (un sport d’équipe qui se joue sur un terrain particulier équipé de cages ; il se rapproche du basket et du handball),

• le marathon (descendre une longue distance en canoë ou en kayak, sur une rivière ou en eau calme, avec des obstacles nécessitant parfois de porter l’embarcation),

marathon
(JPEG – 20.3 ko)

• le dragon boat
• le nautisme (pratique de loisir)
• la randonnée

En mer, enfin, sont pratiqués :
• le wave-ski et Kayak surf de mer, se rapproche du surf au niveau des compétitions),
• le mérathon (marathon version mer),
• la pirogue (Va’a).

Quels sont les missions de la FFCK ?

La FFCK :
• Structure l’organisation sportive en favorisant le développement des structures fédérales à tous les échelons

• Fait du sport un droit pour tous en rendant accessible les différentes activités par des animations de proximité tous publics et tous milieux

• Permet aux athlètes de réaliser leur projet sportif et prépare les différentes équipes de France aux compétitions de haut niveau (Jeux olympiques, Championnats du monde…)

• Organise les différents championnats de France et attribue les titres

• Fait connaître, valorise les actions et l’image du Canoë Kayak

• Contribue au développement durable de la France et valorise les sites de pratique

Pouvez-vous présenter le Comité d’Auvergne de Canoë Kayak en quelques chiffres ?

Créé en 1970, le comité régional fédère l’ensemble des clubs de Canoë-kayak d’Auvergne.
Fort d’un passé riche en excellents résultats sportifs (plusieurs champions du monde et médaillés aux championnats du Monde et d’Europe), l’Auvergne est l’un des berceaux du Canoë-kayak en France, et tout particulièrement de la Descente. En auvergne la pratique compétitive (descente, slalom, course en ligne) dispose de sites de pratiques adaptées. Les discipline de loisirs sont également bien installées sur les 4 départements (randonnée canoë, et sports d’eaux vives).

Les chiffres clés 213
• 407 adhésions permanentes

• 18000 adhésions temporaires

• 250 passeports pagaie couleurs

• 12 clubs

• 1 athlète sélectionné en équipe de France Junior de descente

• 1 athlète listé de haut niveau (Jeune) et 1 sur la liste nationale des sportifs espoirs

Quelles sont vos missions en tant que CTS ?

Selon les directives techniques nationales je suis amené à intervenir :
• pour la promotion du sport pour le plus grand nombre

• pour le développement du sport de haut niveau

• pour la prévention par le sport et la protection des sportifs et des sportives

• pour la promotion des métiers du sport

Pour conclure, pouvez-vous nous dire quel aspect le plus positif, quel aspect le plus négatif de votre métier ?

Souvent, il me revient quelques souvenirs de mes débuts dans la vie active comme ouvrier d’usine ! Ceux-ci démultiplient mon énergie dans les moments où il faut se donner à fond sans compter ni son temps ni les contraintes que cela suppose. Je sais que j’ai beaucoup de chance de pouvoir travailler dans un sport qui me passionne toujours autant à quelques années de ma fin de carrière professionnelle.
La diversité de mes missions, la richesse des relations humaines avec les sportifs, les dirigeants et toutes les personnes avec lesquelles je suis amené à travailler…sont des points très positifs dans l’exercice de mon métier.
Le point le plus négatif de mon métier, c’est d’avoir à rechercher les moyens financiers pour pouvoir mener à bien certains projets (organisation de compétitions, achats de matériels, ….) et comme le dit le proverbe « l’argent ne fait pas le bonheur » mais il faut avouer qu’il facilite beaucoup les choses lorsqu’il ne faut pas avoir à le trouver.

JPEG - 19.6 ko
JEUNES

Liste des pièces-jointes

()

Portfolio

marathon
marathon
Claude BENEZIT
Claude BENEZIT
JEUNES
JEUNES